Home

Auditorium de l’INHA

 

9h: Accueil des participants

9h15: Présentation des journées

 

Matin : Au commencement

 

Modération : Thierry DUFRÊNE

Professeur d’Histoire de l’art contemporain à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense où il a dirigé le Centre de recherches en Histoire de l’Art et Histoire des Représentations,  il occupe actuellement la fonction d’adjoint au directeur général chargé des relations internationales de l’INHA. Il a publié entre autres Giacometti. Les dimensions de la réalité (1993), La Grande galerie des sculptures (2005), Salvador Dalí : double image, double vie (2012) et prépare un ouvrage sur Tinguely.

 

9h20: Jacques GUYOT, Introduction : Art vidéo et création télévisuelle, des rapports conflictuels 

Professeur des universités à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Directeur du Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation (CEMTI), ses axes de recherche portent sur l’internationalisation des médias audiovisuels, les approches socio-politiques des minorités culturelles et linguistiques, les rapports entre médias audiovisuels et démocratie et sur l’évolution des pratiques journalistiques en Europe.

 

9h45: Valérie Da Costa, Lucio Fontana et la télévision

Historienne de l’art et critique d’art, elle est Maître de conférences HDR à l’Université de Strasbourg en Histoire de l’art contemporain des XXe et XXIe siècles et responsable de la rubrique Arts visuels de la revue Mouvement. Ses recherches portent tout autant sur la création des années 50 que sur la création contemporaine. Elle vient de faire paraître Ecrits de Lucio Fontana (2013).

 

10h15: Anne-Marie DUGUET, Jean-Christophe Averty

Professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ses recherches concernent les technologies dans les arts actuels. Auteur de Vidéo, la mémoire au poing (1981) et Déjouer l’image. Créations électroniques et numériques (2002), elle a assuré le commissariat des expositions Jean-Christophe Averty. Collages, découpages (Espace Electra, Paris, 1991), Thierry Kuntzel. Rétrospective (Jeu de Paume, Paris, 1993). Elle est directrice de la collection multimédias “anarchive”, archives numériques sur l’art contemporain.

 

10h55: Grégoire QUENAULT, L’art cathodique de Nicolas Schöffer

Docteur en Esthétique, sciences et technologies des arts, actuellement maître de conférences à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens, spécialiste du cinéma expérimental, de l’art vidéo et des arts technologiques, membre du CRAE (Centre de Recherche en Art et Esthétique).

 

11h35: Don FORESTA, L’art vidéo et la promesse de la télévision

Artiste, chercheur et théoricien des arts utilisant les nouvelles technologies,  spécialisé en art et science, la seconde édition de son principal ouvrage, Mondes Multiples, sortira prochainement en anglais. Il a été professeur à l’ENSAD à Paris et à l’ENSA à Paris-Cergy, ainsi que research fellow à la London School of Economics. Il a passé 30 ans à transformer le réseau comme outil artistique et travaille à la création d’un réseau permanent haut-débit, MARCEL, dédié à l’expérimentation artistique, éducative et culturelle. (www.mmmarcel.org)

Après-midi : Programmer, se programmer : de l’insertion de l’artiste dans la grille télévisée à sa disparition dans l’espace médiatique

 

Modération : Jean-Paul FARGIER

Ancien enseignant au département Cinéma de l’Université Paris 8 (1970-2011), critique d’art (Art Press) et de cinéma (Cinéthique, Les Cahiers du Cinéma), vidéaste et réalisateur d’une centaine de films pour la télévision (dont L’origine du monde, M la maudite, Le dernier bal de la Ve). Il a publié Ciné et TV vont en vidéo (avis de tempête) (2010).

 

14h: Hervé NISIC, Electrons libres

Réalisateur, artiste vidéo, il est un des fondateurs de la coopérative d’artistes Grand Canal et participe à la création d’Advertronic. Auteur de génériques pour la télévision et le cinéma, il fonde Ex Nihilo en 1984 qui occupe rapidement une position centrale dans la création vidéo française. Il réalise Total! (1992), premier court-métrage de cinéma électronique en vidéo HD. Il se consacre à des documentaires de création, d’installations et depuis 2004 au film participatif Nos Vies à partir de photographies envoyées par les internautes. (http://nosvies.nisic.org)

 

14h55: Jean-Marie DUHARD, Vidéo, le IN/OUT de la télé

Comédien, metteur en scène, assistant réalisateur, organisateur de la Manifestation Internationale de Vidéo et de Télévision de Montbéliard (1981-86). Directeur Artistique et rédacteur en chef de 24 émissions sur Canal+, dont Avance sur image, chargé d’émissions spéciales aux programmes courts (1994-2002), puis directeur de la production et de la création web. Programmateur, jury et intervenant de nombreuses manifestations vidéo. Directeur de l’EPLC du Rocher de Palmer, scène numérique des cultures et musiques du monde jusqu’en 2010 à Cenon.

 

15h35: Marie VICET, Andy Warhol : l’atelier d’artiste comme studio de télévision

Doctorante et chargée d’enseignement en Histoire de l’art contemporain à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Ses recherches portent sur les liens et les interactions existants entre le clip vidéo musical, son industrie et l’art contemporain depuis le début des années 1980.

Pause

 

16h30: Juliette CREPET, L’art de la vidéo d’ambiance

Doctorante à l’Université de Paris III Sorbonne, laboratoire CEISME, sous la direction de François Jost sur le thème Les écrans dans la ville. Le sujet de la vidéo d’ambiance a fait l’objet de deux publications : “De l’usage décoratif de la télévision” dans la revue Ecrans (n°1, février 2012),  et “L’ambiance des écrans dans les lieux publics. Le cas de l’affichage numérique” dans le cadre du Congrès International sur les Ambiances de Montréal (septembre 2012).

 

17h10: Nicolas THELY, Webcam 1995-2001 : archéologie d’un genre post-warholien

Professeur en Arts, esthétique et humanités numériques, Rennes 2, théoricien et critique d’art, il est l’auteur de Vu à la webcam (essai sur la web-intimité) (2002), Mes favoris (2007) et Le Tournant numérique de l’esthétique (2011). Entre 2007 et 2010, il a dirigé la ligne de recherche Basse définition qui avait pour objet d’étudier la manière dont les algorithmes ont restructuré l’environnement sensoriel et la puissance de création des artistes contemporains. Les résultats de cette recherche sont publiés dans l’ouvrage collectif Basse def : research terms (2011).

18h : Projection

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s